Elvire Brugne Digitale Blonde

Stratégie Webmarketing

Archive dans janvier 2012

GreenCloud : un pilote d’imprimante pour sauver la forêt

Alors on va faire un peu de chauvinisme aujourd’hui : voici une invention made in Toulouse qui devrait réellement faire du bien à la planète et aux entreprises.

 

Pourquoi? Parce qu’à l’heure où l’on dématérialise tout, le papier reste toujours d’actualité,on continue d’imprimer en masse, et outre le fait que le coût induit est élevé pour chaque entreprise, nous avons également pris conscience que cet usage abusif du papier avait une incidence catastrophique sur l’environnement.

 

C’est ainsi que ObviousIdea dirigée par Fabrice Meuwissen a sorti Green Cloud Printer, qui est ZE solution pratique pour éviter le gaspillage.

 

Il s’agit d’un simple pilote à télécharger, et zou, c’est universel et ça fonctionne. Je vous montre :

 

Installation ultra-rapide

 

J’ai testé la version gratuite  que vous pouvez donc télécharger ici

L’application s’installe tout comme n’importe quelle autre application, pas de surprise.

A un moment donné, la fenêtre d’installation demande si GreenCloud devient notre imprimante par défaut ( dans le doute, je refuse )

En moins de 2 minutes, c’est prêt! Il n’y a aucune configuration à faire : ce pilote est compatible avec toutes les imprimantes du marché.

 

Essai d’impression d’une page web

 

J’évite généralement d’imprimer des pages web car on se retrouve avec des pages à rallonge, certaines vides etc. Et avec mon imprimante HP, il faut que je configure pour impimer plusieurs pages sur une feuille et c’est vraiment compliqué de naviguer à travers les fenêtres.

 

Essayons avec GreenCloud :  depuis mon navigateur, je clique sur Imprimer et là hop, une fenêtre GreenCloud Printer s’ouvre :GreenCloud-printer.PNG

 

Et là c’est bonheur.

 

Une interface simplissime

 

Déjà je m’aperçois que d’emblée GreenCloud a détécté les pages vides(marqué en rouge) et par défaut ne va pas les imprimer, sauf si en cliquant droit je lui demande le contraire.

Ensuite, je souhaite regrouper les pages sur une seule feuille. Facile: je peux mettre deux ou 4 pages sur une feuille en un clic (Adieu les 3 clics pour arriver sur la page du configurateur de mon imprimantequiensuitevameproposerautrechoseavecundernierclicpourlaroute).

Je peux d’emblée choisir d’imprimer en noir et blanc ou en recto-verso

 

Et petit plus : il me propose d’imprimer les documents en pdf, ce qui évite d’avoir à télécharger un autre logiciel dans un coin.

 

Mais ce n’est pas tout!

 

Depuis ce même écran, je peux outre l’impression en pdf:

  • Envoyer mon doc par email
  • L’envoyer sur Dropbox
  • L’envoyer sur Google Docs ( pratique pour le partage des documents en live)
  • Et enfin l’envoyer sur Minus

Mais non, malheureusement GreenCloud Printer ne fait pas le café. Et s’il le faisait, il serait étiquable.

 

Le petit bonus : vous pouvez quand même paramétrer des trucs

 

J’en connais qui adorent fouiller et trifouiller dans les applis pour faire leur propre configuration. Je vous rassure, vous pouvez envore le faire avec GreenCloud Printer.

En haut à droite de la fenêtre, vous avez trois boutons : Paramètres, Site Web et Tutoriel. Donc dans paramètres vous pouvez bidouiller si vous en avez envie, mais attention , l’interface est super simple , vous risquez d’être déboussolés..

 

Bon en tout cas, personnellement, je suis conquise. Je recommande l’usage massif de GreenCloud Printer !

 

La preuve de l’économie

Vous connaissez les stats du jour? Si vous doutiez de l’efficacité de GreenCloud, voici les chiffres du jour :

Déjà 12000 feuilles de papier économisées en moins d’un mois

Alors? Qu’attendez-vous pour l’essayer?

Google Sites, le générateur de sites web, bien ou bien?

Toujours dans la découverte de ce qui se cache dans ma barre de raccourcis Google, je pioche Google Sites. C’est l’occasion de tester la facilité de créer un site from scratch. Mais quand on parle de site, s’agit-il de vrais sites, de blogs? Parce qu’en terme de blog, mon champion est sans conteste Tumblr. Alors qu’en est-il de Google Sites, bien ou bien?
Tout d’abord, une fois loggué sur https://sites.google.com/,  créer le site est effectivement classique et ultra simple. On choisi un nom, un thème, une description et zou. Et là, première chose, on choisi de rendre public le site ou bien privé.
Et hop, on arrive directement sur le site, prêt à être utilisé.
  • 1ère chose étonnante, on ne passe pas par un back-end pour rédiger un post, tout est fait sans interface mais directement sur la page. Un Wysiwyg en direct live, c’est plutôt bien vu!
Google-Sites.PNG
  • Ensuite on peut rajouter des pages, de manière hyper simple, et les positionner où on veut dans l’arborescence. En ce sens, on a plus affaire à un éditeur de sites que de blogs. Et ma foi je suis assez impressionnée. Toujours le même système permettant de tout éditer/modifier/supprimer directement sur le site sans back end, ce qui est certainement plus facile à appréhender pour des personnes sans compétence particulière en informatique.
  • De plus, on peut créer différents types de pages : des pages classiques, des pages d’annonces, des pages classeurs dans lesquels on importe des docs, sur lesquels on peut travailler et recevoir les mises à jour.
  • Le plus impressionnant reste la page liste avec différents types de listes : To-Do List, Suivi de problèmes à résoudre, suivi de projets et bien sûr liste personnalisable.
  • Enfin autre partie interressante, on peut insérer l’ensemble des outils de la suite Google, comme des Google Docs, l’Agenda, un album Picasa etc sur n’importe quelle page du site.
Autre remarque, Google Sites est également optimisé pour le mobile, ce qui lui donne un réel avantage! Vous pouvez vous renseigner via http://www.google.com/sites/help/intl/en/mobile-landing-pages/mlpb.html
Conclusion : Google Sites je dis BIEN! Oui c’est bien pour les petites communautés, pour les gens qui ne s’y connaissent pas trop, pour des associations par exemple qui veulent un accès restreint à un site communautaire. Vraiment je trouve que c’est pas mal. C’est gratuit, c’est facile à mettre en place, il y a beaucoup de thèmes proposés mais on peut également personnaliser le sien.
Et pour finir une petite vidéo Tuto :

Je viens de découvrir Google Scholar

 

 

Gogle-Scholar-copie-1.PNG

 

Visiblement une très grande nouveauté  de Google  en France car tous les articles à ce sujet sont tirés de revues américaines ou anglophones, Google a lancé donc Google Scholar sur notre territoire.

 

Google Scholar est un moteur qui permet d’effectuer toute recherche dans des thèses, doctorats et autres documents tirés des recherches universitaires.

 

Le programme lien vers bibliothèques : Ce nouveau moteur a demandé le concours des bibliothèques universitaires qui ont mis a disposition leurs documents et en échange, Google a mis en place un système de lien permettant à tout étudiant accédant à Google Scholar depuis son établissement de trouver des liens vers les documents de sa bibliothèque, d’en voir le contenu etc.

 

La contrepartie est que si l’on en fait pas partie d’une bibliothèque, peu de documents seront accessibles gratuitement, car en effet le but est de pouvoir accéder à l’ensemble des documents de recherche universitaire moyennant finance, ce qui explique clairement pourquoi Google Scholar est en marge du moteur classique Google.

 

J’ai donc essayé de faire une recherche par auteur pour voir ce que cela donne concrètement :

 

recherche

 

 

Les résultats me proposent énormément de citations, dont on ne sait que faire puisqu’elles proviennent d’articles qui ne sont pas disponibles en ligne. Pour éviter les citations, on peut choisir de trier par par résumé uniquement et puis par date également. J’y ai trouvé quand même des extraits de livres ou des livres complet avec la mention [pdf] à partir de nomdelabibliothèque , qui indique la provenant cu document et permet d’accéder à tout ou partie du document.

 

Ce qui est étonnant, c’est la petite baseline située sous le champ de recherche, en vert : « Sur les épaules d’un géant »

Pourquoi cette phrase? Google y répond en toute modéstie : « Ce slogan vise à reconnaître que la plupart des travaux de recherche universitaires reposent sur ce que d’autres ont déjà construit ou découvert. Il s’inspire de la fameuse citation d’Isaac Newton : « Si j’ai vu plus loin, c’est que j’étais assis sur des épaules de géants ».

Je reste en veille sur ce sujet car pour l’instant je n’ai toujours rien trouvé dans la presse francophone. Si vous avez des infos, je prends!