Elvire Brugne Digitale Blonde

Stratégie Webmarketing

Archive dans mars 2012

carpooling.fr, le site de covoiturage n°1 en Europe cartonne en France

carpooling1.PNGLe covoiturage est à la mode, on ne parle plus du succès de covoiturage.fr, le site de référence français. Mais je vous invite à regarder carpooling.fr, la version française du réseau n°1 en Europe, carpooling.com. Pourquoi? Parce que ce site a 4 grands points forts : 

 

1. Créer son compte en 2 minutes

Le formulaire d’inscription permet d’indiquer ses coordonnées en précisant son adresse et le fait de posséder ou non un véhicule, et le petit plus : proposer les trajets en fumeur ou non fumeur.

 

2. Utiliser le moteur de recherche précis et pratique

carpooling2.PNG

On peut rechercher des trajets en covoiturage en France ou en Europe, ou alors par ville.

Pour le test je vais choisir d’utiliser le tri par ville :

– Par exemple sur Toulouse, on voit qu’on a 22 demandes et 272 offres. Pas mal!
– en cliquant sur la ville, on accède aux détails des trajets proposés avec un tri par date, heure, prix, nombre de places disponibles, ainsi que le profil du chauffeur avec ses coordonnées.

On peut avoir des propositions de trajet pour Toulouse-Blagnac comme pour Toulouse-Lloret de Mar en Espagne, et le choix est vaste.

 

3. Réserver son trajet en ligne

Vous pouvez réserver  votre trajet avec un configurateur qui vous permet de sélectionner le nombre de places souhaitées en fonction des places disponibles, puis de régler le trajet qui sera débité après 24h une fois la course faite.

 

4. Evaluer vos co-voitureurs

Au final, après un trajet,on évalue le conducteur mais également les autres passagers ce qui permet de faire un retour à la communauté sur les membres rencontrés via les profils que l’on trouve sur les annonces. Plutôt malin !

 

Quelques chiffres : En France, le site carpooling.fr compte 24 millions de covoiturages,  ce qui donne 725 000 tonnes de CO2 non émis, 375 millions de  litres d’essence économisés et il parait que 10 mariages ont été célébrés suite à une rencontre via le site… c’est trop mignon !

dotAFRICA : une extension pour l’Afrique, un projet qui avance

Lapel.png

En novembre 2011, la Commission de l’Union Africaine avait  lancé un appel d’offre pour administrer l’extension .AFRICA, véritable enjeu pour promouvoir le développement des  entreprises et de l’écosystème africains sur internet, enjeu nécéssitant également un déploiement technologique fort comme je l’avais noté dans mon article sur ce sujet.

 

La commission a rendu son verdict  en mars et a selectionné UniForum ZACR, le registrar sud-africain,  pour être l’administrateur du dotAFRICA. UniForum déposera un dossier de candidature dans le cadre des nouvelles extensions en avril prochain auprès de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) qui devrait prendre la décision de valider ou non cette extension en 2013.

 

En parallèle, deux nouveaux cables sous-marins vont racorder très prochainement la majorité des pays de la côte atlantique, permettant d’élargir la bande passante et donc de favoriser les échanges sur internet. On note également que la concurrence des opérateurs aurait tendance à faire enfin fléchir le prix actuellement exhorbitant des coûts des abonnements, ce qui devrait permettre d’élargir l’accès à internet auprès de la population.

 

 Koffi Fabrice Djossou, interrogé par ProDomaines explique le challenge du projet  dotAFRICA : Il s’agit de la promotion des TIC, d’un internet global qui devienne une plateforme de croissance de l’entreprenariat en Afrique, d’un internet vecteur d’éducation et d’information de masse, du développement des contenus locaux, d’un internet vecteur d’amélioration du niveau de vie. Cet internet  poussé par l’innovation (la seule façon pour l’Afrique de ne pas subir la mondialisation est l’innovation) permettra à l’Afrique de sortir de l’isolement numérique à l’ère de la Société de l’Information tout en assurante la promotion du secteur privé africain, créateur de valeurs et de richesses ».

 

 

 

 

 

 

[TEST] Tweaz : certification des vendeurs + visibilité des annonces, le duo gagnant du microbuying

tweaz3.PNG

 

Dans la suite de mon article sur Chala.la, le guide d’achat social qui permet d’échanger entre amis Facebook des commentaires sur des articles, puis de les proposer à la vente, je passe au banc d’essai Tweaz.com, qui surfe sur la même vague : la peur des arnaques et des vendeurs anonymes. Désormais, l’achat sur le net se veut social, garant de crédibilité, de confiance et de traçabilité.

 

1- La certification des acheteurs et des vendeurs

Tweaz propose deux façons de s’assurer de l’identité de ses membres :

  • Identification via le compte Facebook :
    • une application accède à vos données personnelles Facebook  et pré-remplit les champs d’un formulaire d’identification.
    • un opt-in « Accélérer ma certification » est coché par défaut… avec une explication nébuleuse :  » Publier automatiquement jusqu’à ce que mon compte soit certifié ». je ne sais pas trop ce que cela veut dire, probablement que l’on peut commencer à rédiger des annonces et qu’elles ne seront éditées qu’au moment de la validation de mon compte.
    • Une fois le formulaire validé, je me retrouve sur une page qui me protweaz-2.PNGpose d’obtenir une part de Tweaz. Sur le coup, je ne comprends pas ce que cela veut dire mais c’est en regardant l’URL de la page que je comprends qu’il s’agit de devenir actionnaire de Tweaz! Une bonne idée, mais pas tellement mise en valeur et hyper mal expliquée.
    • Tweaz indique que que ce n’est qu’une fois que notre profil est validé par 10 de nos amis Facebook que notre compte est validé… pourtant à ce stade je réalise que je peux déjà mettre en vente un bien :  les membres seront avertis que mon compte n’est pas encore certifié.
    • Pour faire certifier mon compte en passant par Facebook, je me connecte à l’application Demander à mes amis Facebook et un statut est automatiquement publié sur mon journal, incitant mes amis à attester mon identité.
  • Identification via l’envoi d’un scan de la Carte Nationale d’Identité par mail : mais un coup de Photoshop et je vous fait un scan authentique en moins de deux. Il faudrait en savoir plus sur le contrôle de la CNI par Tweaz.

2- La visibilité des annonces

Tweaz maximise les points d’accès aux annonces de ses membres avec l’utilisation de 3 canaux principaux :

  • Le réseau Tweaz : Chaque annonce est diffusée sur le site tweaz.com dès la page d’accueil.  On peut également s’abonner aux flux de ventes des membres de notre choix.
  • Les moteurs de recherche? A vérifier mais Tweaz prétend que les annonces sont visibles par tous les internautes dans toute la France. J’ai lancé une requête sur un iphone4S sur Google et n’ai pas retrouvé l’annonce Tweaz.
  • Les réseaux sociaux avec la possibilité de publier automatiquement son annonce sur Twitter et Facebook.

 

Bilan :

J’ai eu un peu de mal à utiliser Tweaz, mais le principe est excellent. Les vendeurs ne se cachent pas derrière un pseudonyme opaque mais se présentent sous leur vrai visage ce qui est rassurant! Dès la création de mon compte, Tweaz me propose de m’abonner à des vendeurs localisés près de chez moi, facilitant ainsi la mise en relation. Je pense que l’interface peut être améliorée et les explications clarifiées, mais dans l’ensemble le service est plutôt bon et il y a de nombreuses annonces, sur tous les thèmes, que ce soit le high-tech ou les biens immobiliers. Et je dirais que la proposition de devenir actionnaire est également une valeur ajoutée de ce service, tout à fait dans l’air du temps.

Mon premier Startup Weekend à Toulouse! 54 heures chrono en détail.

startupweekend.jpgC’est sur les conseils d’@Oriane que je me suis lancée dans cette aventure, sans savoir vraiment à quoi je pouvais m’attendre. Pour m’inscrire au Startup Weekend de Toulouse qui a eu lieu les 2,3 et 4 mars derniers, j’ai dû affronter mes démons :

– Y aller en ne connaissant strictement personne (et entamer des conversations avec des gens qui eux, se connaissent depuis une paie)

– Se demander si on ne va pas être comme une Swatch dans un écrin Cartier – ou inversement, c’est à dire pas du tout à sa place.

 

Voici donc le résumé de mon expérience, qui pourrait s’intuler  

« Chronologie des émotions individuelles en milieu compétitif à forte promiscuité. »

 

Vendredi 2 mars

  • 18h- Heure H : je reconnais une porteuse de projet avec qui j’avais parlé pendant l’apéro pré-SWTO, je tchatche avec deux trois blogueurs, je claque la bise à un organisateur. Ok jusqu’ici, j’ai fait un sans faute, je me détends.
  • H+1 : Après une prez endiablée des organisateurs, sponsors, de Marc Rougier – le président du jury himself, c’est autour d’une trentaine de porteurs de projets de pitcher en 1 minute chrono. Ca envoie du bois. Il ya même de l’avion supersonique dans l’air.
  • H+2 : Speed Dating : j’offre chacun de mes 3 bulletins de vote aux sujets qui m’ont emballée : SurgeReal, CapStreet et M&R Corpo.
  • H+3 : Koh-Lanta : les participants ou porteurs de projets malheureux doivent trouver une équipe. Il n’y a plus de Redbull au distributeur de la cafet. Ca parle fort, ça rit, on se chambre, l’ambiance monte!
  • H+4 : D&Co : homestaging de la salle de classe qu’on a affecté à ma team – M&R Corpo. On s’y sent comme à la maison. Manque plus que les bougies parfumées.
  • H+5 : Le Journal du Geek : Roni, notre leader, nous raconte l’histoire de son réseau social communautaire. Enthousiasme de l’auditoire.
  • H+6 : Temps X : nous sommes passés dans la quatrième dimension. On met 3 fois Toulouse en bouteille, Facebook est démantelé, on se prosterne devant Twitter,  on décortique Meetic.

Samedi 3 mars

  • H+7 : Sauvés par le Gong : On est trop une team, on se dit bonsoir en se faisant des bises, on se revoit vite demain matin à la cafét. On est trop à fond.
  • de H+8 : J’éteins la lumière
  • de H+9 à H+13 : L’histoire sans fin :  Plongée dans le noir, je refais le business plan de notre projet. Des « Faut pas que j’oublie de lui dire ça » et des  » Ah ouais, ça c’est super, cette idée » défilent dans mon cerveau.
  • H+14 : Gorilles dans la brume : je me pointe à la cafet à moitié réveillée. Les traits tirés des autres participants me fait dire qu’eux aussi ont rêvé de Scrum. Sauf que là, on a pas l’air hyper agiles.
  • H+15 : Top Chef : on imagine une prez de folie avec un projet de malade, sur fond de business model qui assure grave : on a tous un côté Norbert Tarayre – dit RoufyBoy – qui resurgit brutalement.
  • H+18 : Le déclin de l’Empire américain : On a vu 4 coachs différents, ils nous ont retourné notre projet et nos cerveaux en moins de temps qu’il en faut pour le dire. Je me sens fébrile, je renifle et j’ai mal à la gorge. Je suis de nouveau dans la brume sous une chaleur quasi-équatoriale due soit à une panne de clim à l’ESC, soit à l’échauffement des nos synapses.
  • H+19 : Youssef me tend un Redbull
  • H+20 :  How I met your mother –  Saison 4 épidode 8: J’AI UNE DE SES PATATES!  ON VA TOUT DECHIRER! WOOOOOOOOOOOOOO!!!!!!!!!
  • H+21 : Les Frères Ennemis : COMME ILS PLEURENT LEUR MERE LE #SWDUB!!!!! WOOOOOOO!!! (battle entre un autre startup weekend qui se tient à Dublin et nous, sur nos hashtags respectifs)
  • H+22 : Mon cerveau a trouvé la touche caps lock
  • H+23 : Le manège enchanté : On s’entretient avec d’autres coachs. Il faut tout reprendre à zéro. Je crois que je suis montée sur ressort, je suis Super Zébulon.
  • H+25 : L’espion qui m’aimait : échanges cordiaux avec d’autres équipes et mastication de pizzas.
  • H+26 à 31 : On couche sur papier nos idées pour le pitch, ça prend forme, motivés plus que jamais.

Dimanche 4 mars

  • H+32 à 38 : Encephalogramme plat.
  • H+40 à 43 : L’élève Ducobu : on fait répéter son texte à Roni sous fond de blagues, de croissants et de pizzas froides.
  • H+44 : Les sous-doués : on passe en présentation blanche devant les coachs, mais sans anti-sèche…
  • H+45 : Alea Jacta Est : envoi de notre copie à 15 heures pile, réaménagement de la salle de classe, la poubelle est pleine à craquer.
  • H+47 à 49 : Rocky  : L’amphi est surchauffé, le DJ est déchainé, les équipes gonflées à bloc s’enchainent à raison de 4 minutes de présentation et 4 minutes de questions du jury.  Un avion supersonique attérit dans le public.
  • H+50 : Le jury vient de rendre son verdict : Bravo à Shoes’it, 4Giftme, Vismonjob.fr et au coup de coeur génialissime CapStreet!
  • H+50 à 54 : Décompression et petits fours

 

Si vous avez lu jusqu’ici, vous comprendrez que mon enthousiasme ne s’est pas atténué depuis dimanche, j’ai même eu l’impression, Redbull aidant, que j’avais retrouvé mes 20 ans (Mamie était bien fatiguée, pourtant…).

 

Bref, I’ll be back!