Elvire Brugne Digitale Blonde

Stratégie Webmarketing

Prochainement : percer le mystère de la création d’entreprise

 

cloud-startup.jpegJe suis fascinée par les personnes qui vous parlent d’un projet, y croient coûte que coûte, montent leur affaire, et 10 ans plus tard la revendent à prix fort. Ils sont de tout milieu social, de culture différente, n’ont pas le même niveau d’étude et pourtant sont animés par la même passion d’entreprendre.

 

Mais comment font-ils? Qu’est-ce qui les inspire? Sont-ils des fous ou des visionnaires?

 

Je vais essayer de mettre en lumière le processus de création en interviewant des chef d’entreprises, des développeurs, des créateurs de start-up afin qu’ils nous livrent leurs secrets.

 

Vous retrouverez ces interviews retranscrites sur ce blog dès le mois de septembre, alors soyez prêts!

 

Droit de réponse de FashionShopping au sujet des articles le concernant sur ce blog

J’ai rédigé différents articles sur ce blog concernant le site e-commerce fashionshopping.com. Aujourd’hui, les avocats de FashionShopping me demandent de publier un droit de réponse, que vous retrouverez dans son intégralité ci-dessous :

 

« A la suite des articles intitulés « FashionShopping : Je viens de recevoir une lettre de mise en demeure » et « FashionShopping a lâché ses avocats contre un plaignant », la nouvelle société exploitant le site Fashion Shopping souhaite faire part de sa position, qui est la suivante : Le site FashionShopping a fait l’objet d’un rachat par la société GWD auprès de la société Transaction World Stock (TWS) dont la liquidation judiciaire avait été déclarée par jugement du Tribunal de commerce de Bobigny le 9 mai 2012.

Dans ce cadre, seuls les contrats postérieurs au 27 septembre 2011, date du placement en redressement judiciaire, ont été rachetés. Ainsi, pour les commandes antérieures à cette date, les clients sont invités à prendre contact avec le liquidateur judiciaire, Maitre Bally, SCP Moyrand Bally, 14 rue de Lorraine, 93000 Bobigny, et ce conformément au jugement précité.

Afin d’honorer les contrats rachetés, la société GWD a déployé des efforts importants pour payer les transporteurs détenteurs de certaines commandes, pallier les difficultés de livraison et les ruptures de production héritées du précédent exploitant.

Malheureusement, au même moment, un bug informatique faisant suite à la modification de la logistique du site a bloqué la transmission de certaines des nouvelles commandes. Ce problème ayant engorgé le service client, certains consommateurs n’ont pu trouver d’interlocuteur pouvant répondre à leur réclamation.

Cette erreur informatique a été corrigée et le service client, dont l’effectif a été augmenté, est à nouveau pleinement opérationnel.

La nouvelle direction de FashionShopping a conscience du retard pris dans la préparation des commandes concernées et des inconvénients occasionnés ; elle consacre toute son énergie à diminuer au maximum cette attente afin d’instaurer une nouvelle relation de confiance avec sa clientèle.

Pour ce faire, la société GWD invite ses clients à joindre le service de réclamation suivant : serviceclient@fashionshopping.com / Tél : 0825 825 004.

En aucun cas, cette situation malheureuse, temporaire et indépendante de la volonté des nouveaux dirigeants, ne peut être assimilée à une démarche d’arnaque ou de vol. »

FashionShopping a lâché ses avocats contre un plaignant

J’ai eu un jour le malheur de commander chez FashionShopping en 2011 comme je l’ai raconté ici.

Depuis vous avez été près d’une centaine à avoir laissé des commentaires sur ce blog ou à m’avoir envoyé des mails pour me raconter avoir vécu la même chose.

Depuis, FashionShopping a changé de main et j’ai eu la chance de m’entrenenir avec le repreneur, William Illouz, qui m’a assuré que tout était revenu dans l’ordre, et que désormais toutes les commandes étaient honorées.

Las, un article que j’avais écris sur les procédures pour récupérer son argent en cas de litige avec un e-commerçant a fortement déplu.

Du coup, FashionShopping m‘a envoyé ses avocats pour que je retire ledit article et je me suis executée. J’ai déjà perdu de l’argent, je ne tiens pas à en perdre d’avantage.

 

Attention, on m’a demandé également de retirer les commentaires qui pourraient porter préjudice à FashionShopping comme étant des supposés propos difamatoires.

 

Comme je suis dans le colimateur des avocats, je vous charge donc de modérer de vous même vos propos en par exemple jouant au jeu du Taboo, vous savez, le jeu des mots interdits : il ne faut donc pas dire Arnaque et Fashionshopping dans la même phrase, etc, je vous laisse la jugeote de compléter la liste de vous-même.

 

Voilà!

 

FashionShopping : je viens de recevoir une mise en demeure

Pour ceux qui suivent ce blog concernant Fashion Shopping, sachez que je viens de recevoir une mise en demeure par mail de retirer sous trois jours l’article : Arnaque FashionShopping : les procédures pour recouvrer votre argent ( article désormais supprimé) et les commentaires assortis.

Pour preuve, voici le mail reçu.

 

Nous vous écrivons en notre qualité de conseil de la société FASHION SHOPPING – GWD, dont le siège social est situé 59 avenue Victor Hugo 75116 Paris, France.

Notre cliente nous a communiqué plusieurs courriers électroniques échangés avec vous ayant pour objet divers contenus diffusés sur votre blog accessible à l’adresse www.digitaleblonde.com, et notamment un article rédigé par vos soins intitulé « Arnaque FashionShopping : Les Procédures pour recouvrer votre argent »  publié le 12 mai 2012.

D’une part, vous présentez le site Fashion Shopping comme « une arnaque » en affirmant que les commandes réalisées par ce biais ne seraient que très rarement honorées et qu’en toute hypothèse, les colis seraient livrés incomplets et/ou tardivement.

D’autre part, vous revendiquez votre qualité de « victime » du site Fashion Shopping et indiquez à vos lecteurs différentes actions visant à obtenir le remboursement des sommes que le site aurait « volé » à sa clientèle.

Or, comme notre cliente vous l’a indiqué, le site Fashion Shopping a fait l’objet d’un rachat effectif depuis le 9 mai 2012 et, partant, d’un changement de direction, de telle sorte qu’aucun des comportements dénoncés au sein de votre article ne peuvent, depuis cette date, lui être imputés.

En effet, ces griefs concernent la gestion de l’ancienne direction du site et notre cliente ne peut accepter l’amalgame qui ressort de la lecture de cet article, sa publication étant postérieure à la reprise du site.

Dès lors, les propos de cet article apparaissent comme diffamatoires à l’encontre du site Fashion Shopping au sens de l’article 29 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.

 

En effet, les imputations selon lesquelles le site serait une arnaque dont l’objectif serait de voler ses clients, portent nécessairement atteinte à la considération et à la réputation du site et de son actuel dirigeant.

Par ailleurs, nous avons également relevé à la suite de l’article litigieux, les commentaires diffamatoires suivants postés par vos lecteurs qui qualifient le site Fashion Shopping d’arnaque et d’escroquerie :

       Commentaire n°3 posté par grenier le 23/05/2012 à 18h40 ;

       Commentaire n°7 posté par nadège divouri le 24/05/2012 à 20h18 ;

       Commentaire n°8 posté par nadège divouri le 25/05/2012 à 14h02 ; 

       Commentaire n°9 posté par CELINE le 29/05/2012 à 16h03 ; 

       Commentaire n°10 posté par nadege le 29/05/2012 à 17h07 ; 

       Commentaire n°14 posté par fokwoua nguetchueng marien ludovic le 08/06/2012 à 07h36 ; 

       Commentaire n°18 posté par tortillon le 21/06/2012 à 16h02 ; 

       Commentaire n°20 posté par bertrand le 30/06/2012 à 17h25 ; 

       Commentaire n°23 posté par Philippe le 12/07/2012 à 10h25 ; 

       Commentaire n°24 posté par ASMA le 12/07/2012 à 11h29 ; 

       Commentaire n°29 posté par sandra le 25/07/2012 à 11h06 ; 

       Commentaire n°33 posté par MissLancel il y a 4 jours à 14h19.

Par ce biais, certaines allégations diffamatoires sont diffusées, ce qui porte atteinte à la réputation de notre cliente.

 

C’est pourquoi, au vu des éléments qui précèdent, nous sommes contraints de vous mettre en demeure, dans un délai de trois (3) jours calendaires à compter de la réception de la présente :

Ø  de supprimer l’intégralité de l’article intitulé « Arnaque FashionShopping : Les Procédures pour recouvrer votre argent », publié le 12 mai 2012 sur votre blog www.digitaleblonde.com;

Ø  de supprimer l’ensemble des commentaires ci-dessus référencés et publiés sur votre blog www.digitaleblonde.com.

 

À défaut de réponse satisfaisante de votre part dans le délai imparti, nous avons instruction de saisir les tribunaux compétents.

Nous concevons que vous souhaiterez tout autant que nous éviter cette issue.

Nous précisons que vous pouvez nous faire répondre par celui de nos confrères que vous choisirez pour assurer la défense de vos intérêts.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Madame, l’expression de nos sentiments distingués.

 

Vincent VARET                          Anne-Laure MOYA-PLANA

Avocat à la Cour                         Avocat à la Cour

 

 

 

A dans 3 jours!

Radio-Londres.fr : Lvir exporte son [Humeur Blonde]

Radio-londres.JPG

 

J’ai le plaisir de collaborer à un nouveau magazine de société, sorti le 1er juillet et dont vous avez certainement entendu parler. Il s’agit de http://www.radio-londres.fr, qui a fait parler de lui grâce au Twitter @RadioLondres12 que des milliers de personnes ont suivi pendant la présidentielle et les législatives 2012, grâces à ses twitts politiquement incorrects et à sa diffusion des résultats avant l’heure.

 

Si vous avez aimé suivre l’actualité poilitique de @RadioLondres12, vous allez adorer son magazine de société, qui décortique avec impertinence les faits et gestes de nos hommes et femmes politiques, mais également qui offre un nouveau regard sur l’actualité économique, technologique, sportive, musicale et j’en passe.

 

Bref, si vous aimez le décalé, vous pourrez retrouver mes [Humeurs Blondes] sur Radio-Londres.fr !

FashionShopping : le renouveau

Comme je vous l’avais annoncé dans mon précédent article sur le sujet, FashionShopping a désormais trouvé un repreneur, la société Global Web Distribution, dirigée par Mr William Illouz, avec qui j’ai pu m’entretenir par mail.

 

Mr Illouz affirme que les déboires de FashionShopping sont imputables à la société TWS qui avait jusqu’au 9 mai dernier la responsabilité de FashionShopping. On peut effectivement constater sur ce blog que toutes les réclamations sont liées à des commandes passées AVANT le 9 mai. depuis cette date, je n’ai vu personne se plaindre d’une commande non conforme ou comme cela a souvent été le cas avec TWS, d’une commande jamais arrivée et jamais remboursée.

 

Après la liquidation, donc depuis le 9 mai 2012, GWD met tout en oeuvre pour que les commandes se passent bien alors je vous demande, amis lecteurs, avez-vous eu de mauvaises commandes depuis le 9 mai ?

 

Je compte sur vous pour me faire des retours rapides!

 

Solidaireville gagne le prix de l’innovation au Fundraising 2012

solidaireville.png

 

Depuis 2006, l’Association Française des Fundraisers récompense chaque année les organisations sans but lucratif ou les professionnels des actions caritatives pour la qualité, l’éthique et l’innovation qu’ils ont mis en oeuvre dans leur projet.

 

C’est pourquoi cette année, Solidaireville dont je vous avais parlé il y a peu de temps a remporté le Prix de l’Innovation en Fundraising, pour avoir fait appel au public afin de récolter des micro-dons d’une manière originale puisque le CCFD-Terre Solidaire qui est l’association ayant créé Solidaireville a décidé de monter une opération de fundraising en développant une application sur Facebook.

Solidaireville est une sorte de Farmville permettant d’acheter des tracteurs, sacs de sable etc. et d’en faire cadeau à nos amis Facebook pour créer la viralité autour de cette plateforme. Ces micro-dons sont ensuite récoltés pour aider les paysans du Foutah Djallon ou de construire une cantine scolaire pour les enfants de Manthoc au Pérou, par exemple.

Bref, un grand bravo à Solidaireville pour ce très beau projet qui a largement mérité cette récompense!

 

Je ne saurais trop vous conseiller de vous rendre sur la page

https://apps.facebook.com/solidaireville/

pour soutenir l’action cartitative du CCFD- Terre Solidaire.

 

Comment provoquer l’inspiration chez soi et chez les autres?

inspiration.jpg

Que l’on travaille sur une recommandation, sur une création, sur une anomalie à débugguer ou sur toute tâche réclamant concentration et réflexion, on peut être soumis à la panne d’idée. Pas d’idée, pas de solution, on tourne en rond, on raye, on rebrousse-chemin, on tatônne en vain, bref, on est pas inspiré. Et plus on galère, plus on s’enfonce, moins les idées viennent, on se fatigue, on réfléchit moins bien et c’est l’épuisement.

C’est ainsi que le manque d’inspiration peut amener, dans le cadre du travail, à une perte de confiance en soi, à une mauvaise estimation de ses capacités et de ses connaissances. On est alors entrainé dans une spirale négative dont il est difficile de sortir, d’autant plus si l’on n’ose pas demander de l’aide.

Mais d’une manière plus générale, l’inspiration est indispensable pour nous guider dans nos choix et apporter une vision concrète de la voie que nous souhaitons tracer, ou de la manière dont nous voulons avancer dans notre vie.

L’inspiration sort donc du strict domaine du travail et des activités de création pour s’intégrer totalement dans notre quotidien, et prend le rôle d’un puissant levier d’actions immédiates ou à long terme, nous entrainant cette fois dans une spirale positive, dans laquelle nous prenons le contrôle de notre vie.

J’ai mené cette réflexion sur l’inspiration parce qu’en tant que freelance, et travaillant à domicile, je suis souvent confrontée à la démotivation latente, due au manque d’interaction avec les autres face à un problème. Du coup, il me faut souvent faire appel à des ressources intérieures pour pouvoir me recentrer et trouver une solution rapidement, avant d’être emportée par ce que j’appelle la spirale de la loose.

Comment trouver l’inspiration? Où chercher cet agent provocateur qui insuffle créativité et motivation?

L’inspiration est en chacun de nous mais où se cache-t-elle?

Parfois, c’est simplement en levant les yeux qu’on la trouve. Des proches, des collègues, qui nous tendent la main et se mettent à côté de nous pour réfléchir à notre problème. Ils deviennent alors notre première source d’inspiration en nous donnant l’impulsion nécessaire pour repartir du bon pied.

Il ne faut donc pas perdre de vue que les autres nous inspirent, il suffit de leur demander de l’aide, de les regarder, de les écouter pour que d’un coup on sente éclater en nous le noeud d’angoisse qui veut nous étreindre.

Personnellement, à chaque fois que quelqu’un m’aide à trouver un problème, quand je suis dans le noir complet, je resens une espèce de souffle de soulagement qui jaillit de mon plexus. C’est une manifestation physique d’un soulagement psychologique. Car à ce moment là, je sais que la solution est proche, mon cerveau se remet en branle et l’inspiration commence à arriver. La solution est au bout.

Mais quand on est seul, comment faire? Il faut se rapprocher de nos croyances et aspirations pour trouver l’inspiration.

Par exemple, les écrivains ne pourraient écrire s’ils ne lisaient pas avec abondance les autres auteurs. Du coup on revient à la première hypothèse que ce sont les autres qui nous inspirent : lire, se cultiver, chercher à apprendre par soi-même en se rendant sur les lieux d’échanges physiques ou non comme les réseaux sociaux. On peut se passer de la présence d’une personne pour trouver l’inspiration.

Pour continuer l’exemple de l’écrivain, celui-ci écrit de manière régulière, tous les jours. Bien sûr, tout ce qu’il écrit n’est pas bon, il jette, rature, et parfois rien ne sera gardé mais il s’entraîne. Car sans entraînement, pas d’inspiration. Il faut donc travailler, sans acharnement, mais persévérer, même si sur le moment on ne voit pas la solution venir. Ce n’est qu’à force d’efforts constants que jailliera cette lumière!

On pourrait du coup presque dire que sans créativité, pas d’inspiration. C’est peut-être ce que vous ressentez si vous avez un esprit cartésien. En effet, le postulat de base du cartésianisme est qu’à tous problème il existe une solution. Cet élan d’optimisme peut-être retrouvé en chacun de nous et nous soulager dans un premier temps, rien qu’en se répétant cette phrase. Du coup, les cartésiens redoublent de créativité pour arriver à résoudre le problème et développent ainsi les opportunités de trouver l’inspiration.

Et provoquer l’inspiration chez les autres?

Une fois qu’on est inspiré… on devient inspirant, c’est l’effet boule de neige! Comme dit Patrice Cazalas « Soyez convaincu et vous serez convaincant », et c’est la même chose avec l’inspiration.

Une fois qu’on sait où la chercher, on détient cette force en nous qui nous permet de retrouver confiance. Cette confiance se voit à l’extérieur et du coup nous pouvons à notre tour tendre la main à ceux qui sont en mal d’inspiration, leur expliquer comment la trouver au fond d’eux, les guider puis leur laisser leur libre-arbitre afin qu’à leur tour ils redeviennent créatifs.

J’ai regagné mon inspiration en appliquant ces préceptes. Elle n’est pas tout le temps en moi en permanence, mais je sais désormais comment la chercher

Et vous? Vous avez probablement d’autres moyens pour trouver l’inspiration, n’hésitez pas à partager votre expérience en commentant cet article!

Utiliser Pomodoro quand on travaille chez soi : tranche de ma vie de freelance

pomodoro-technique

 

Le plus compliqué quand on est en télétravail, en indépendant, qu’on travaille seul et en particulier chez soi, c’est de s’organiser. J’en connais un bon paquet à commencer par mon cher et tendre qui se demandent comment je fais pour VRAIMENT travailler depuis mon canapé.

 

A mort, la distraction!

A la maison, les tentations ne manquent pas : la machine à café, la télé bien sûr, le canapé confortable, le frigo, tiens et si je lançais une machine? Bref, oui, c’est vrai, la glandouille nous attend là, tapie dans un coin, prête à nous sauter dessus à la moindre défaillance de notre vigilance.

 

-Pfffou, j’ai bien écrit là. Je vais m’offrir un petit chocolat, tiens. Quittez pas, je reviens.-

 

Et oui, au bureau et surtout en open space, ce qui nous retient de ne pas faire des pauses toutes les 5 minutes, c’est les collègues! Le regard sournois des autres, les phrases assassines quand on ose sortir cloper à 18h du style « Tiens, t’as pris ton après-midi? » Du coup, on sort par chapelets entiers à intervalles réguliers pour la pause clope, on s’agglutine devant la machine à café devenant le totem de nos confidences et des derniers Chuck Norris Facts.

Mais à la maison… personne pour nous faire chsuer! Si on veut bosser en chemise de nuit, prendre une bière ou faire la pause déjeuner à 15 heures, pas de problème! Sauf que si, en pratique, il faut un minimum de discipline.

 

Je fais c’que j’veux, j’suis chez moi! 

Je suis quelqu’un de naturellement bien organisée, donc finalement le mode télétravail me convient tout à fait. J’ai des tâches à faire, qu’il faut que je termine de toute façon, peu importe si je les fais le dimanche matin à 6 heures ou le lundi à 8 heures, tant que je remplis le contrat fixé avec l’employeur, tout va bien.

Maintenant, il faut avouer que justement, le fait d’avoir une plage horaire très large et la possibilité de travailler même le samedi et le dimanche peut devenir embêtant, notamment parce que cela empiète sur la vie privée.

Déjà que le lieu de travail est également le lieu de vie de la famille, difficile de passer du costume freelance au costume maman en passant par la blouse de la femme de ménage sans au mieux avoir le tourni, au pire devenir skyzophrene. Généralement le trajet du bureau vers la maison est un bon moyen de faire la coupure entre le travail et la vie privée, mais quand on bosse à la maison, comment faire?

 

Bon maintenant on s’organise

Un peu de discipline donc, ça ne fait pas de mal et ça permet de concilier notre mode de travail atypique avec notre environnement tout en ménageant l’aspect personnel de notre temps.

Alors du coup, j’ai commencé par l’Agenda. C’est top moumoute l’Agenda. Dedans, on programme à l’avance toutes les tâches qu’on doit faire, on cale nos rendez-vous, et zou, notre emploi du temps devient une suite de tâches s’échelonnant sur 5 jours et dans des créneaux horaires raisonnables. Les pauses sont programmées toutes les 2 heures, avec une pause d’1 heure pour le déjeuner. Nickel!

Oui mais… j’ai été très vite tentée de rajouter sur mon agenda les tâches que je pouvais caser en plus pendant mes fameux temps de pauses, tâches ménagères par exemple. Ce qui donnait un planning du genre:

  • 11h00 : terminer la reco X
  • 12h30 : pause déjeuner
  • 13h00: faire les sols de la cuisine
  • 13h15: repasser le kimono
  • 14h00 : terminer la reco X

Et ça devient surréaliste quand ma mère me téléphone pendant 1/4 d’heure, me faisant perdre du temps que je suis obligée de recaler; mais dilemme, qui va sauter? Le kimono, la pause déjeuner ou la serpillière?

Bref, je passais beaucoup de temps à réorganiser mon agenda avec des tâches stupides de 5 minutes, ce qui m’a très vite lassé.

 

C’est pourquoi je suis passée à la To-Do List! Ahhhh, la to-do-list… un bloc note, ou même une application iPhone et voici listées l’ensemble de nos tâches à accomplir. Et ce qu’il y a de bien, c’est que c’est sans contrainte de temps. Adieu le planning à la minute près! On est Free as a bird, on gère notre temps dans la journée comme on veut et chaque fois qu’on a terminé une tâche, on la raye et c’est le meilleur moment de la journée.  L’idée c’est qu’à la fin de la journée, toutes nos tâches listées soient rayées mais si c’est pas le cas, c’est pas grave! On refait une to-do-list pour le lendemain sur laquelle on reporte les tâches non accomplies, on en rajoute d’autres et c’est parti!

Oui mais… du coup le challenge pour moi devient de rayer le plus vite possible un max de tâches. Alors adieu les pauses, le déjeuner, ce sera sur le pouce devant mon clavier, et je finis la journée de boulot sur les rotules. Faut que je rappelle Maman parce que je ne voulais pas que ça me fasse perdre du temps ce matin et que vu qu’elle m’a laissé 3 messages – que je n’ai pas écoutés, ça semble urgent.

 

Alors on pomodore.

Du coup, il me fallait absolument trouver une organisation qui me permette de bosser sérieusement, de chez moi, sans penser à nettoyer ma salle de bain, avec des actions organisées, mais tout en me ménageant et en me préservant des moments de pause.

Et c’est là que je suis tombée amoureuse de la technique Pomodoro. Avec un timer, on maîtrise la glandouille, on s’octroie des raids dans le frigo, on gère son temps, on déculpabilise. Respirez.

En fait, le Pomodoro, qui veut dire « tomate » en italien, c’est un minuteur de cuisine, vous voyez de quoi je parle? Et bien c’est en utilsant son minuteur en forme de tomate pour sa méthode de gestion du temps que Francesco Cirillo a eu l’idée de la baptiser Pomodoro Technique.

Je vous le fais en rapide, pour ceux qui ne connaissent pas Pomodoro, le principe de base est le suivant et se déroule en 5 étapes :

  1. Définissez une tâche à accomplir
  2. Mettre le minuteur sur 25 minutes
  3. Travaillez sur la tâche jusqu’à ce que le minuteur sonne
  4. Faites une pause de 5 minutes
  5. Tous les 4 Pomodoros (période de 25 minutes), faites une pause plus longue.

Du coup c’est merveilleux. Je bosse, je pause, adieu la procrastination, tout est sous contrôle. Pomodoro Technique utilise aussi un système de To-Do List, que l’on remplit de manière exhaustive donc on ne peut absolument rien oublier. Les 5 minutes de pause vous semblent trop longues? Dites-vous que ça vous permet d’être plus efficace par la suite, et si vous ne savez pas quoi faire, faites comme moi, des abdos! ( la vidéo viendra plus tard). Si vous trouvez que c’est trop court, arrêtez la clope, je vous assure que ça vous semblera plus raisonnable.

 

Lvir au rouge : plus jamais!

Terminé les coups de stress, la mine fatiguée, la culpabilité de ne pas pouvoir tout faire. J’allie mon agenda pour la macro-gestion de mon planning et mes rendez-vous, à ma to-do list préparée chaque matin et je travaille efficacement grâce à la Technique Pomodoro! Oui enfin, que le matin… non parce que après j’ai des courbatures à force de faire des abdos…

Une appli utile sur Facebook : SolidaireVille, pour participer au développement des pays les plus pauvres

Vous avez envie de changer le monde, mais vous avez peu de temps et d’argent à y consacrer? L’ONG CCFD – Terre Solidaire a mis en place une application Facebook génialissime qui permet d’aider les peuples à subvenir à leurs besoins alimentaires, à développer l’irrigation ou encore à favoriser l’alphabétisation.

Leur philosophie est de dire que donner des denrées est loin d’être suffisant, il vaux mieux aider à développer l’agriculture pour que les pays les plus pauvres parviennent à devenir indépendants de l’aide alimentaire.

 

Comment? Voici tout l’enjeu de l’application Facebook Solidaire Ville

 

SV1.JPG

L’application offre tout d’abord un didacticiel pertinent qui vous explique comment ça marche.

Ce qu’il faut surtout retenir, c’est que SolidaireVille est un jeu. En gros, on voit un projet qui nous plait, on achète un cadeau qui permet au projet d’avancer et on offre ce cadeau à un ami, en espérant que ça fasse boule de neige et que notre ami à son tour participe au jeu, achète un cadeau etc. Les fonds récoltés permettent de monter le projet bien évidemment.

Maintenant voici plus en détail le fonctionnement :

  • En bas de la page d’accueil se trouve la liste des projets en cours et qui nécessitent notre participation. Aujourd’hui il y en a 3, en Guinée Conakry, au Sri Lanka et au Pérou. Un decriptif court et surtout la liste des cadeaux sont indiqués pour tous les projets, permettant de voir pour qui et comment nous allons agir.
  • On peut également sélectionner un projet sur la carte du monde
  • Chaque projet possède une page dédiée, avec un grand visuel sur lequel on passe au roll over pour connaître les cadeaux potentiels à faire. SV2.JPG
  • Si on souhaite participer, il suffit alors de cliquer sur J’achète et la liste des cadeaux apparait. Il suffit ensuite de choisir les quantités du ou des cadeaux que l’on veut offrir et de valider le panier.
  • On reçoit bien entendu un reçu fiscal donnant lieu à un crédit d’impôt pour chaque cadeau acheté. Pour vous donner une idée, pour 5€ acheté vous recevrez une déduction de 3,3 € ce qui vous coûtera en réalité 1,7€… c’est donc un tout petit montant mais qui peut vraiment faire avancer les choses!
  • Une fois acheté, un statut Facebook est crée sur votre page pour signaler que vous avez acheté un cadeau.SV4.JPG
  • Ensuite, vous pouvez offrir ce cadeau à un ami! Dès que vous aurez choisi votre ami, un nouveau statut sera posté dans votre timeline SV5.JPG
  • En même temps, votre ami recevra une notification comme quoi vous venez de lui faire un cadeau…SV6.JPG

 

Et voilà, vous avez lancé un effet boule de neige solidaire! C’est mieux que les applications comme FarmVille pour lesquelles il faut payer pour avoir un cochon virtuel. Là, on est dans le concret. La cagnotte sert réellement à ceux qui en ont besoin.

C’est d’ailleurs bien expliqué pour chaque projet :

SV7.JPG

 

Alors qu’attendez-vous? Allez on se rend utile, on offre des cadeaux soliaires à nos amis Facebook et on contribue à ce que les habitants de la planète aillent mieux!