Elvire Brugne Digitale Blonde

Stratégie Webmarketing

Catégorie dans Ubber technology

dotAFRICA : une extension pour l’Afrique, un projet qui avance

Lapel.png

En novembre 2011, la Commission de l’Union Africaine avait  lancé un appel d’offre pour administrer l’extension .AFRICA, véritable enjeu pour promouvoir le développement des  entreprises et de l’écosystème africains sur internet, enjeu nécéssitant également un déploiement technologique fort comme je l’avais noté dans mon article sur ce sujet.

 

La commission a rendu son verdict  en mars et a selectionné UniForum ZACR, le registrar sud-africain,  pour être l’administrateur du dotAFRICA. UniForum déposera un dossier de candidature dans le cadre des nouvelles extensions en avril prochain auprès de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) qui devrait prendre la décision de valider ou non cette extension en 2013.

 

En parallèle, deux nouveaux cables sous-marins vont racorder très prochainement la majorité des pays de la côte atlantique, permettant d’élargir la bande passante et donc de favoriser les échanges sur internet. On note également que la concurrence des opérateurs aurait tendance à faire enfin fléchir le prix actuellement exhorbitant des coûts des abonnements, ce qui devrait permettre d’élargir l’accès à internet auprès de la population.

 

 Koffi Fabrice Djossou, interrogé par ProDomaines explique le challenge du projet  dotAFRICA : Il s’agit de la promotion des TIC, d’un internet global qui devienne une plateforme de croissance de l’entreprenariat en Afrique, d’un internet vecteur d’éducation et d’information de masse, du développement des contenus locaux, d’un internet vecteur d’amélioration du niveau de vie. Cet internet  poussé par l’innovation (la seule façon pour l’Afrique de ne pas subir la mondialisation est l’innovation) permettra à l’Afrique de sortir de l’isolement numérique à l’ère de la Société de l’Information tout en assurante la promotion du secteur privé africain, créateur de valeurs et de richesses ».

 

 

 

 

 

 

Kindle : les photos chocs !

011.JPG

A la demande générale – bon, juste de Caro – Voici les photos preuves à l’appui que le Kindle est  :

– Petit

 

– Mignon

 

– Pratique

 

– Très lisible

 

 

 

 

 

Donc bon, il se marie très bien avec un petit sac à main, pour se promener en ville…

 

012

 

 

 

 

 

Fin et léger, le Kindle est un accessoire de mode très pratique en fin de compte!

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis comme je vous le disais, le Kindle est avant tout une liseuse éléctronique ultra-performante :

 

015.JPG

Un site pour la liberté : useyourfreedom.com

 

 

 

A l’occasion de la sortie du Film The Lady, réalisé par Luc Besson le 30 novembre prochain, qui raconte l’histoire de Aung San Suu Kyi, EuropaCorp a réalisé un site internet  full flash en version wall, permettant à tout le monde d’écrire sa propre définition de la Liberté.

 

Chaque pixel du portait de l’opposante au régime birman est composé d’une photo d’une des personnes ayant participé à ce mur, par upload ou via webcam, ainsi que de la définition qu’elle donne de la liberté, via un formulaire ultra simple.

 

C’est plutôt joli, on tombe d’ailleurs en premier sur une photo de Vincent Perez, musique douce. Un site qui ne sert à rien, juste à exprimer un sentiment, de communier pour la liberté et de rendre hommage à une très grande dame.

Dot Africa : un enjeu web pour l’Afrique

afrique-internet.jpg

 

Alors que c’est ouvert la 42ème réunion de l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) à Dakar, un enjeu majeur reste l’ouverture pour l’afrique d’une extension en .africa, qui renforce l’identité africaine comme acteur de l’économie numérique.

 

Actuellement, le business sur internet en Afrique en est à ses premiers balbutiements, expliqué par une couverture numérique haut débit extrêmement faible : de moins de 1% de la population, à des taux prohibitifs pouvant atteindre les 1000 $ par mois pour seulement 128kbps…

 

Et pourtant, la Panafrican Satellites Communication a annoncé le lancement en 2014 de 2 satellites qui permettront de couvrir 23 pays en haut débit à des tarifs de masse abordables.

 

Mais cela ne suffira pas à développer le business sur internet sans le passage de l’Afrique de l’IPV4 à l’IPV6. L’IPV4 est le codage des adresses IP sur 32 bits. Le nombre des adresses IPV4 étant limité à 232, il a été épuisé officiellement en février 2011. Depuis une transition vers IPV6 ( qui permet un nombre d’adresse de 2128) a été mise en place, mais l’Afrique reste sur la version IPV4, or les deux versions sont incompatibles…

 

L’Afrique éprouve un réel besoin de développement numérique mais pour l’instant, tout est à faire et le chantier va être long.

 

 

[Test concluant] Kindle d’Amazon pour 99 €

Et bien je dis oui!!!!!

 

J’ai donc reçu ma liseuse de livres électroniques Kindle créée par le géant américain Amazon, lequel posède déjà une bibliothèque de 35 000 livres téléchargeables. Pour un prix vraiment modeste, cette nouvelle liseuse est tout à fait agréable d’utilisation et hyper simple à appréhender. Autrement dit, mon fils comme ma mère pourraient l’utiliser sans avoir à regarder le manuel.

 

  • Premier atout : son physique

Le Kindle est un poids-plume de 170 g  : il est donc hyper facile à manipuler. Il est tellement fin que l’on peut le glisser dans n’importe quel sac à main sans problème. Léger, discret, on peut donc emmener partout ses « Citadelles des Ombres » de Robin Hobb en 3 volumes sans avoir l’impression de porter un pack de 6 bouteilles d’eau.

Il est également très séduisant avec son toucher agréable.

Et cet écran… un 6 pouces qui peut paraitre petit mais honnêtement se calque bien au format des livres de poche, donc n’est pas déroutant pour le lecteur.

Ensuite une qualité d’impression hors pair : j’ai fait un test de lire en plein soleil; je n’ai même pas eu besoin de plisser des yeux, de faire de l’ombre etc…- le Kindle est parfait pour une lecture intérieure et extérieure toute luminosité confondue.

  • Deuxième atout  : Son ergonomie

Alors non, il n’est pas tactile. Mais ses ’boutons » situés de chaque côté de l’écran permettent de tourner les pages de la main droite ou de la gauche et ça c’est super pratique. Ils ont même pensé à mettre la taille des boutons « retour » plus petit que ceux des pages « suivant » donc vraiment un bon point.

Les 4 boutons situés en bas de l’écran permettent de retourner à l’écran précédent (bouton back en quelque sorte), de faire apparaître le clavier, d’activer la page »outil » et enfin d’afficher la page d’accueil.

La page d’accueil permet de rassembler l’ensemble des titres achetés et dictionnaires.

La page outil permet d’acheter de nouveaux titres par exemple.

Au milieu, un bouton multidirectionnel et au centre un bouton ok.

En ce qui concerne le clavier, étant donné que ce n’est pas tactile, c’est un peu déroutant de devoir faire déplacer le curseur à l’aide du bouton central  qui fait très télécommande de télé mais, c’est quand même rapide.

 

  • Troisième atout : Une configuration simplifiée

Evidemment avec une liseuse Kindle on peut accéder à la boutique d’e-books d’Amazon. Pour cela il suffit de rentrer son login + mot de passe de compte Amazon et zou, tout achat sera directement prélevé sur votre compte via Amazon. On peut pas faire plus simple.

Parce qu’en plus, Kindle est Wi-Fi, pas la peine de passer par son ordi pour acheter.

Et  cherry on the cake : quand j’ai fini mon bouquin, il me propose de le tweeter ou le mettre sur mon mur Facebook. Alors, c’est pas trop mignon, ça?

Par contre, je sais qu’il existe des bibliothèques d’e-books gratuits mais nulle part je n’ai trouvé le format pris en charge par Kindle, alors que pourtant c’est noté que même des docs persos peuvent être importés sur le Kindle… Amazon renvoie vers la page Guide d’Utilisation mais pour l’instant j’ai fait chou blanc.

 

  • Quatrième atout : sa grande mémoire et sa bibliothèque variée

Une fois configuré son compte vers Amazon, le Kindle peut emmagasiner jusqu’à 1 400 titres. Amazon propose des lectures de tous les genres, sans compter les journaux et magazines français et internationaux.

Peu de magazines en vérité, ne comptez pas trouver Vogue.

Mais j’ai pris une abonnement d’essai gratuit à Le Monde et je ne crois pas que je vais le renouveler : ce n’est pas si simple de s’y retrouver dans les diverses rubriques et de toute façon, je déteste la presse écrite (désolé, je sais, c’est mal) alors sous la forme éléctronique pour l’instant ça ne m’emballe pas. Mais je vais persévérer et on verra bien.

 

  • Ciquième atout  : rentable pour les gros lecteurs

Et oui, acheter un e-book est moins cher de quelques euros que sa version papier! Du coup, pour les gros lecteurs, la liseuse est assez vite rentabilisée. Non, je n’ai pas fait le calcul, mais si vous achetez un livre par semaine et que la réduction est de 3€ par titre, vous êtes rentable au 33ème achat c’est à dire en moins d’un an. Et bien voilà le calcul est vite fait . Si vous achetez un iPad, il sera dépassé dans deux ans et vous ne rentrez jamais dans vos frais. (Ca, c’est dit)

 

  • Sixième atout  : Le Kindle n’est pas un Wannabe Tablet, c’est une liseuse un point c’est tout.

Dès que j’ai annoncé l’achat de mon Kindle, j’ai eu des railleries : « Comment, mais ce n’est pas un Kindle de Feu? » (Un quoi??) Bref, non, il n’est pas tactile. Non, il n’est pas en couleur. En même temps, qu’est ce que j’en ai à faire de son côté tactile pour tourner les pages d’un livre? Et Kafka n’écrivait pas en couleur que je sache ! Et zut, il est à 99€!!! C’est donc une liseuse! Pas une tablette, ok?

Alors les autes m’ont dit :  « ah ouais, mais tu sais, dans un an, Amazon va sortir son Kindle Fire, qui sera le concurrent low cost de l’iPad » genre : ton Kindle, là, c’est trop du nul, c’est déjà has been à peine sorti….

OK. Je souffle. Le Fire Kindle est à 199$ au USA, ce qui n’est pas le même budget. J’économise encore un peu et je m’achète une VRAIE tablette testée et éprouvée et pas une pâle copie. Meeeerci.

 

Voilà! c’est tout pour ce test, n »hesitez pas à me faire part de vos commentaires ! Et je suis à votre disposition pour en parler.

[Ubber-technology] Tranche de vie avec Orange

Le Tchat d’orange service SAV, c’est formidable.

 

– Adrien: Bonjour, bienvenue chez Orange, que puis-je pour vous ?
– Moi : J’ai la surprise de ne plus recevoir de mail ni de me connecter à internet ou aux applications depuis ce matin.J’ai un iphone et c’est mon outil de travail
– Adrien: d accord
– Adrien: Je m’appelle Adrien (non, sans rire? Je croyais que c’était Philibbert!!!)et je vais traiter votre demande. Pouvez-vous, svp, me communiquer votre nom ainsi que votre numéro de téléphone mobile ?
– Moi: Elvire Brugne au WW YY ZZ TT

– Adrien: enchanté ( Ouaich ouaich tchuss gros…pffff)
– Adrien: eteignez votre mobile SVP
– Moi: c’est en cours ( ça met 15 plombes avec un iPhone…)
– Moi: c’est fait
– Adrien: rallumez SVP
– Moi: fait
– Adrien: faites un test
– Adrien: SVP (ouais oublie pas la formule de politesse mon gars, elle est sur ton écran)
– Moi: ca ne marche toujours pas
– Adrien: eteignez et rallumez SVP
– Adrien: encore une fois
– Moi: non je viens de le faire, je vais pas le refaire (traduction : il se fout de ma gu.. Adrien là ou quoi???)
– Adrien: je viens d ajouter des donnees techniques sur votre dossier
– Moi: ahhh
– Moi: allez, je le fais alors ( je suis fan  des fameuses « données techniques », voyez…)
– Adrien: merci ( de rien mon gars, j’ai hâte de rallumer mon tél et de voir que rien n’a changé.)
– Moi: ca a l air de fonctionner pour les emails (là je suis bluffée!)
– Moi: je teste les autres appli ( parce que j’ai encore un doute)
– Adrien: oui svp
– Moi: ok c est bon ( j’en crois pas mes yeux, j’avoue que je suis un peu déçue de pas pouvoir me el cogner, mais honnêtement, il me retire une épine du pied)
– Moi: ca venait de quoi?
– Adrien: une donnee technique qui n etait pas sur votre ligne
– Moi: ok bon , cette réponse est vague mais de toute façon le pb est résolu.
– Vous: merci
– Adrien: a votre service
– Adrien: Si vous n’avez pas d’autres questions, je vous propose de mettre un terme à notre échange.

 

 

Et voilà. C’était un « problème technique » – faites en même temps le petit geste des doigts qui marque les guillemets- !!! Ahhhhh, et puis comme je suis une idiote, il pouvait pas me le vulgariser et m’expliquer ce qui collait pas. Mais bien sûr. Allez, quel est l’imbécile qui m’a enlevé le forfait data?

 

C’est beau la « technique » quand même…