Créer son entreprise de service en étant au chômage : je dis oui !

Créer son entreprise de service en étant au chômage : je dis oui !
10 décembre 2012 No Comments Création d'entreprise Elvire Brugne

pole_emploi-fr.jpgQuand on est au chômage, le but du jeu, c’est évidemment de retrouver un travail, et rapidement. Pourtant, vu le nombre de chômeurs en France, qui est de 3,1 millions en octobre 2012, ce qui représente une augmentation de 10,6% sur un an, on se doute que ce n’est pas qu’une question d’envie : pas de poste disponible, peu d’offres, trop de candidats, la lutte est rude sur le marché de l’emploi.

Du coup, une opportunité intéressante peut être de créer son propre job. Encore faut-il pouvoir le faire, mais quand on est dans les services, que l’on n’a « que » du conseil, de l’accompagnement, des prestations intellectuelles à vendre, c’est bien plus facile que lorsqu’on veut se lancer dans la restauration ou le commerce par exemple.

 

Pourquoi créer son entreprise de service quand on est au chômage?

Parce qu’on a le temps de le faire, ce qui n’est souvent pas possible lorsqu’on a déjà une activité professionnelle. Or pour se lancer dans la création d’entreprise, il faut réaliser une étude approfondie, ce qui demande du temps.

De plus, on peut se lancer dans ce projet sans redouter de se retrouver sans argent : en effet, il faut savoir que Pôle-Emploi encourage cette démarche et la considère comme recherche active d’emploi. Cela implique alors que tous les droits acquis sont maintenus pendant toute la préparation du projet et même pendant les premiers mois d’existence de l’entreprise : les allocations continueront de vous être versées pendant tout cette période.

Par ailleurs, vous conservez votre couverture sociale en tant que demandeur d’emploi, ce qui est également un confort supplémentaire.

 

Devenir consultant, pourquoi pas?

Il faut savoir que Pôle-Emploi propose des formations pour vous mettre le pied à l’étrier si jamais vous souhaitez devenir consultant. Les objectifs de cette formation sont de vous permettre de prendre la décision de tester une installation comme consultant, de comprendre les différentes options juridiques, d’adopter une méthodologie afin de franchir les étapes et de repérer les points de vigilances.

 

Ne pas rester tout seul… et gagner en indépendance !

Au chômage, on a un suivi plus ou moins régulier du conseiller Pôle-Emploi et on peut très vite se retrouver seul face à ses idées, qui peuvent être plus ou moins bonnes. Dans tous les cas, il faut savoir tirer parti de ce qu’on nous propose : si Pôle-Emploi propose des formations, il faut y aller. Si Pôle-Emploi propose de nous mettre en relations avec des organismes qui peuvent nous accompagner, il faut dire oui ! Car plus on a d’info, mieux on sera en mesure de déterminer la bonne direction à prendre et puis surtout : on est indépendant.

On a le droit de dire qu’on ne peut pas s’improviser chef d’entreprise du jour au lendemain, on a le droit de prendre le temps de la réflexion, mais il faut bien admettre qu’on nous pousse à répondre à des offres d’emploi qui ne correspondent pas toujours à notre profil, histoire de justifier l’action des conseillers. Du coup, on est sous le joug de la contrainte, on doit se justifier ce qui n’est pas toujours facile à vivre.

Le fait de se positionner comme étant en création d’entreprise permet qu’on vous lâche un peu les basques, vous gagnez en autonomie et surtout en confort puisque c’est vous qui prenez les rênes.

 

The Big Boss

Bref, tout cela pour dire que plutôt que de tourner en rond à ne pas trouver d’employeur, autant devenir son propre patron, car même si cela ne marche pas, c’est une excellente expérience que l’on pourra valoriser sans problème sur un CV si l’on souhaite redevenir salarié.

A propos
Elvire Brugne Avec plus de 10 ans d'expérience dans le digital, je mets en place des stratégies sur les réseaux sociaux qui fonctionnent !

Laisser un commentaire