[Test concluant] Kindle d’Amazon pour 99 €

[Test concluant] Kindle d’Amazon pour 99 €
20 octobre 2011 2 Comments Ubber technology Elvire Brugne

Et bien je dis oui!!!!!

 

J’ai donc reçu ma liseuse de livres électroniques Kindle créée par le géant américain Amazon, lequel posède déjà une bibliothèque de 35 000 livres téléchargeables. Pour un prix vraiment modeste, cette nouvelle liseuse est tout à fait agréable d’utilisation et hyper simple à appréhender. Autrement dit, mon fils comme ma mère pourraient l’utiliser sans avoir à regarder le manuel.

 

  • Premier atout : son physique

Le Kindle est un poids-plume de 170 g  : il est donc hyper facile à manipuler. Il est tellement fin que l’on peut le glisser dans n’importe quel sac à main sans problème. Léger, discret, on peut donc emmener partout ses « Citadelles des Ombres » de Robin Hobb en 3 volumes sans avoir l’impression de porter un pack de 6 bouteilles d’eau.

Il est également très séduisant avec son toucher agréable.

Et cet écran… un 6 pouces qui peut paraitre petit mais honnêtement se calque bien au format des livres de poche, donc n’est pas déroutant pour le lecteur.

Ensuite une qualité d’impression hors pair : j’ai fait un test de lire en plein soleil; je n’ai même pas eu besoin de plisser des yeux, de faire de l’ombre etc…- le Kindle est parfait pour une lecture intérieure et extérieure toute luminosité confondue.

  • Deuxième atout  : Son ergonomie

Alors non, il n’est pas tactile. Mais ses ’boutons » situés de chaque côté de l’écran permettent de tourner les pages de la main droite ou de la gauche et ça c’est super pratique. Ils ont même pensé à mettre la taille des boutons « retour » plus petit que ceux des pages « suivant » donc vraiment un bon point.

Les 4 boutons situés en bas de l’écran permettent de retourner à l’écran précédent (bouton back en quelque sorte), de faire apparaître le clavier, d’activer la page »outil » et enfin d’afficher la page d’accueil.

La page d’accueil permet de rassembler l’ensemble des titres achetés et dictionnaires.

La page outil permet d’acheter de nouveaux titres par exemple.

Au milieu, un bouton multidirectionnel et au centre un bouton ok.

En ce qui concerne le clavier, étant donné que ce n’est pas tactile, c’est un peu déroutant de devoir faire déplacer le curseur à l’aide du bouton central  qui fait très télécommande de télé mais, c’est quand même rapide.

 

  • Troisième atout : Une configuration simplifiée

Evidemment avec une liseuse Kindle on peut accéder à la boutique d’e-books d’Amazon. Pour cela il suffit de rentrer son login + mot de passe de compte Amazon et zou, tout achat sera directement prélevé sur votre compte via Amazon. On peut pas faire plus simple.

Parce qu’en plus, Kindle est Wi-Fi, pas la peine de passer par son ordi pour acheter.

Et  cherry on the cake : quand j’ai fini mon bouquin, il me propose de le tweeter ou le mettre sur mon mur Facebook. Alors, c’est pas trop mignon, ça?

Par contre, je sais qu’il existe des bibliothèques d’e-books gratuits mais nulle part je n’ai trouvé le format pris en charge par Kindle, alors que pourtant c’est noté que même des docs persos peuvent être importés sur le Kindle… Amazon renvoie vers la page Guide d’Utilisation mais pour l’instant j’ai fait chou blanc.

 

  • Quatrième atout : sa grande mémoire et sa bibliothèque variée

Une fois configuré son compte vers Amazon, le Kindle peut emmagasiner jusqu’à 1 400 titres. Amazon propose des lectures de tous les genres, sans compter les journaux et magazines français et internationaux.

Peu de magazines en vérité, ne comptez pas trouver Vogue.

Mais j’ai pris une abonnement d’essai gratuit à Le Monde et je ne crois pas que je vais le renouveler : ce n’est pas si simple de s’y retrouver dans les diverses rubriques et de toute façon, je déteste la presse écrite (désolé, je sais, c’est mal) alors sous la forme éléctronique pour l’instant ça ne m’emballe pas. Mais je vais persévérer et on verra bien.

 

  • Ciquième atout  : rentable pour les gros lecteurs

Et oui, acheter un e-book est moins cher de quelques euros que sa version papier! Du coup, pour les gros lecteurs, la liseuse est assez vite rentabilisée. Non, je n’ai pas fait le calcul, mais si vous achetez un livre par semaine et que la réduction est de 3€ par titre, vous êtes rentable au 33ème achat c’est à dire en moins d’un an. Et bien voilà le calcul est vite fait . Si vous achetez un iPad, il sera dépassé dans deux ans et vous ne rentrez jamais dans vos frais. (Ca, c’est dit)

 

  • Sixième atout  : Le Kindle n’est pas un Wannabe Tablet, c’est une liseuse un point c’est tout.

Dès que j’ai annoncé l’achat de mon Kindle, j’ai eu des railleries : « Comment, mais ce n’est pas un Kindle de Feu? » (Un quoi??) Bref, non, il n’est pas tactile. Non, il n’est pas en couleur. En même temps, qu’est ce que j’en ai à faire de son côté tactile pour tourner les pages d’un livre? Et Kafka n’écrivait pas en couleur que je sache ! Et zut, il est à 99€!!! C’est donc une liseuse! Pas une tablette, ok?

Alors les autes m’ont dit :  « ah ouais, mais tu sais, dans un an, Amazon va sortir son Kindle Fire, qui sera le concurrent low cost de l’iPad » genre : ton Kindle, là, c’est trop du nul, c’est déjà has been à peine sorti….

OK. Je souffle. Le Fire Kindle est à 199$ au USA, ce qui n’est pas le même budget. J’économise encore un peu et je m’achète une VRAIE tablette testée et éprouvée et pas une pâle copie. Meeeerci.

 

Voilà! c’est tout pour ce test, n »hesitez pas à me faire part de vos commentaires ! Et je suis à votre disposition pour en parler.

A propos
Elvire Brugne Avec plus de 10 ans d'expérience dans le digital, je mets en place des stratégies sur les réseaux sociaux qui fonctionnent !
Laissez un commentaire !
    1. 1

      Lvir

      Je vais mettre mon Kindle dans mon sac à main et prendre la photo, pour preuve à l’appui!

      Répondre

Laisser un commentaire